Cher élu socialiste

Cher élu socialiste,

Tu permettras que je te tutoie, après tout c’est quand même de ta faute, si je parle aujourd’hui de politique sur ce blog, chose que je voulais éviter.

Je m’adresse à toi aujourd’hui parce que quel que soit ton mandat, tu es aujourd’hui dans la majorité, et que surtout je t’ai donné ma voix pour cela.

Je me permets aussi de te parler parce que dans ma famille, on compte aussi quelques élus socialistes même si à l’heure où je te parle tous ont abandonné leur mandat et déchiré leur carte, et que je suis aussi pour ma part ancien militant.

Mais je m’adresse à toi aujourd’hui surtout parce que tu m’as mis salement en colère.

Ça on peut dire que tu les collectionnes ! Et pourtant je suis plutôt tolérant et patient.

Qu’entre ton action et les promesses de campagne de ton parti, il y ait une différence, je m’y étais préparé. Après tout, je te connais, je connais la politique et je ne suis pas du genre naïf.

Qu’économiquement et socialement, tu ais décidé en grande partie de poursuivre le programme et l’action du gouvernement précèdent, ça par contre, ça m’a surpris et ça me reste déjà plus en travers de la gorge. J’ai encore en tête un discours prononcé par ton chef au Bourget qui me semblait plutôt à gauche avec une volonté de changer les choses tant au niveau européen que national. Ce reniement m’a déjà plus agacé.

Que tu laisses parler sans réagir un de tes ministres et membre du parti sur une population, les roms, en la stigmatisant et en faisant clairement preuve de racisme, me parait inadmissible et impardonnable. Et d’ailleurs pire que ça tu le défends et tu enfonces le clou !

Et puis hier, la goutte d’eau j’apprends par l’intermédiaire du blog de RESF, qu’une femme et ses 6 enfants qui vivait en France depuis 4 ans et 1/2 , ont été  expulsés et qu’on a profité de la sortie scolaire d’une gamine de 15 ans, Leonarda, pour l’arrêter !

A la stupéfaction s’est succédé  la colère, car non seulement tu n’as pas réagi mais surtout je te rappel que depuis Mai 2012, tu es au pouvoir et que tu avais toute latitude pour changer la loi et empêcher ces rafles !!!!

Pourtant, il me semble que quand tu n’étais pas au pouvoir, tu partageais notre indignation !

Là :

http://t.co/RmOqVxj0DK

et là

http://t.co/4JSrMZU1YU

et encore là

http://t.co/iTxqqUnUlv

et même là

http://t.co/Gn1Ne7xZux

Mais non maintenant tu es pouvoir et tu n’as rien dit ! tu n’as rien fait !!!!

Ce n’est plus seulement un reniement, c’est pire, tu as abandonné la valeur la plus importante, celle qui faisait de toi à mes yeux un élu de gauche, l’humanisme !!!!!

Il n’y a pas de mots, pas d’excuses, rien pour atténuer ma colère.

Alors cher élu socialiste, qui n’a de socialiste que le nom du parti auquel tu appartiens, ne compte plus sur moi, jamais, pour tes prochains combats et tes prochaines échéances. Je ne veux plus rien à voir à faire avec un parti qui a tout sacrifié au pouvoir.

Je ne te salue pas, je ne te regarde plus.

Publicités

Cado : Le doc « Tous Cobaye »

Sommes-nous tous des cobayes ?
Comment se fait-il que les OGM agricoles soient dans les champs et dans les assiettes alors qu’ils n’ont été testés que pendant trois mois sur des rats ? Comment se fait-il que l’énergie nucléaire soit toujours l’énergie du futur alors que les hommes ont vécu Tchernobyl et Fukushima ? Les conclusions seraient-elles accablantes?
Pour son troisième film, Jean-Paul Jaud a donné la parole aux agriculteurs japonais de Fukushima, Sénégalais ou Français, aux scientifiques, aux politiques ou aux militants. Autant de personnes qui s’expriment librement sur ces deux problématiques majeures, les OGM et le nucléaire.

http://www.tagtele.com/videos/voir/120367/

Oui il arrive que le boycott fonctionne

Lorsque l’on parle action citoyenne ou boycott, on se confronte souvent à la même réaction : Bien que le comportement de nombreux industriels vis à vis de l’environnement ou de l’éthique choque le plus grand nombre (déforestation, travail des enfants etc…), on se résigne assez vite, en se disant que c’est comme ça et que ce n’est pas parce que on ne consommera plus ce produit, que ça va changer quelque chose.

C’est une posture assez pratique pour les industriels et largement exploités mais c’est aussi une idée complètement fausse. Comme le souligne Isabelle Mas dans son article, si le boycott patriotique ou politique est parfois un mauvais moment à passer, il est rarement commercialement dangereux à moyen terme.

En revanche, le second type de boycott, celui qui vise des entreprises afin de sanctionner leurs pratiques non éthiques ou antiécologiques, fonctionne de mieux en mieux. Notamment dans les pays anglo-saxon et scandinave.

Dans son article, Isabelle Mas donne l’exemple de Greenpeace qui aurait détourne 1 millions de consommateur des pompes Esso entre 2001 et 2002. Selon Greenpeace, le boycott est efficace si son impact fait baisser de 20% les ventes de produits.

En 2009, Sous la pression des seuls consommateurs de Nouvelle-Zelande, Cadbury a renoncé à utiliser l’huile de palme dans son chocolat au profit du beurre de cacao. Le refus du Zoo d’Auckland de vendre les produits dans ses distributeurs ayant été déterminant.   Plus ici

En 2010, GreenPeace lance cette campagne contre Nesté :

Encore une fois contre l’huile de palme et la déforestation, cette campagne rapide et bien organisé, a écorné l’image de Nestlé. Mais par manque d’adhésion et  de relais, il n’y a eu aucun impact sensible sur les ventes. Plus ici

Le problème est bien là, une campagne efficace n’est pas suffisante, il faut que le motif de boycott rencontre une adhésion suffisante et qu’elle soit relayée suffisamment au point de rester dans les esprits et qu’elle devienne un réflexe de consommateur.

Finalement, le boycott le plus efficace est bien celui qui lie un problème écologique ou éthique à un problème de santé publique, les gens doivent se sentir menacés !

Ainsi la campagne de Greenpeace contre Volkswagen : www.VWdarkside.com en est le parfait exemple.

Au terme d’une campagne parfaitement organisée (site internet, spot Internet détournant le blockbuster Star Wars et des actions sur les salons de l’auto), Greenpeace a su convaincre les consommateurs que Volkswagen «pesait de tout son poids pour affaiblir la future législation européenne» sur les normes d’émissions de CO2 des véhicules. Démarrée en Septembre 2012 , la campagne s’achève en Mars 2013 suite à l’engagement du constructeur de ne pas excéder pas les 95 grammes de CO2/km.

Un boycott efficace est donc un savant mélange, entre une campagne de communication efficace, l’existence de relais (associations, médias, réseaux sociaux), un problème concernant une partie important de la population et qui l’impacte directement ou indirectement.

Clermont-Ferrand: 360 personnes privées d’hébergement d’urgence

Galerie

Cette galerie contient 46 photos.

Quelque 360 personnes dont plus de 150 enfants ont quitté le 02/09, les hôtels où elles bénéficiaient d’un hébergement d’urgence à Clermont-Ferrand. En cause: l’absence de financement des pouvoirs publics, a-t-on appris auprès de l’association chargée de cet hébergement. En savoir plus … Lire la suite

Le doc du Samedi : Déchets, le cauchemar du nucléaire

Ayant un week-end chargé en perspective, je me permet de faire un billet facile, vous invitant à voir cet excellent documentaire passé sur Arte.

Devons-nous avoir peur des déchets nucléaires ? « L’obligation de subir nous donne le droit de savoir ».
En abordant ce sujet tabou par sa zone la plus sombre, « la réalité sur les déchets », ce film a l’ambition de donner enfin à chacun les clefs pour comprendre les choix qui engagent l’avenir de l’humanité.

Les déchets sont le point faible du nucléaire, son talon d’Achille, son pire cauchemar. Les populations en ont peur, les scientifiques ne trouvent pas de solution acceptable, les industriels tentent de nous rassurer et les politiques évitent le sujet.
Mais, qu’enconnaissons-nous exactement ? Comment les populations peuvent-elles avoir une vision claire d’un domaine couvert depuis toujours par le secret ?

France, Allemagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Russie : cette enquête internationale scientifique et politique aborde le sujet tabou du nucléaire par sa zone la plus sombre. En partant à la quête de « la vérité sur les déchets », ce film a l’ambition de donner enfin à chacun les clefs pour comprendre des choix qui pèsent lourd dans l’avenir de l’humanité.