Se souvenir de New York

appartement_new_york

Je suis amoureux de New York,

au final rien de très original, tout français ayant posé au moins une fois un pied à New York tombe sous le charme de cette ville.

Je raconterai d’ailleurs dans un prochain billet ma première rencontre avec cette ville et le World Trade Center.

Je n’ai pas l’intention ici de faire ici une description de la ville ou un récit de voyage, vous trouverez des choses plus complètes dans des guides spécialisés 🙂

Ce billet a pour but de soulever le principal problème que pose New York au voyageur, je parle ici de la nostalgie. Posez vos bagages à New York, parcourez là, respirez là, repartez chez vous et vous n’aurez alors plus qu’une idée en tête… repartir !

Si vous êtes riche (tant mieux pour vous !) cela ne posera aucun soucis, si comme dans mon cas, un voyage vous demande un minimum de préparation et d’économie, vous devrez alors patienter.

Et en attendant, il est toujours possible de garder un lien avec cette ville. Cette ville inspire et c’est une chance, vous retrouvez alors dans les livres, les films et la musique c’est que vous attache à cette ville.

Je vais donc partager ici, une petite sélection des choses qui me rattache à cette ville, il s’agit là d’une petite liste de mes  anti-blues new-yorkais. Nous commencerons par les indispensables, je compléterais dans un prochain billet.

  • J. D. Salinger L’Attrape-cœurs

l-attrape-coeurs_couv

Écrit à la première personne, le roman relate les trois jours durant lesquels Holden Caulfield vit seul dans New York, après avoir été expulsé de Pencey Prep (école préparatoire).

  • Colum McCANN Les saisons de la nuit

9782714444110

New York, 1916. Des terrassiers creusent les tunnels du métro sous l’East River. Des noirs, comme Nathan Walker, venu de sa Géorgie natale, des Italiens, des Polonais, des Irlandais… Pendant les dures heures de labeur dans les entrailles de la terre, une solidarité totale règne entre eux. Mais, à la surface, chacun garde ses distances, jusqu’au jour où un accident spectaculaire établit entre Walker et un de ses compagnons blancs un lien qui va sceller le destin de leurs descendants sur trois générations.

  • Colum McCANN Et que le vaste monde poursuive sa course folle

41qxkxFm1UL._

7 août 1974. Sur une corde tendue entre les Twin Towers s’élance un funambule. Un événement extraordinaire dans la vie de personnes ordinaires.

  • Paul Auster, La trilogie new-yorkaise

tilogie-e219a

Il s’agit de trois nouvelles tournant autour des mêmes thèmes qui sous couvert de roman policiers sont en fait de véritables essais métaphysiques sur l’homme et l’identité. New York est un labyrinthe où les héros se perdent à force de se chercher. (critique par Kassad)

  • Will Eisner, New York Trilogie

Eisner-New-York-123_2-sk2

Muets ou diserts, instantanés ou développés en plusieurs planches, les portraits que dresse Will Eisner dans New York Trilogie révèlent toute la finesse et l’intelligence de ce grand maître de la bande dessinée contemporaine. Un trésor accumulé, année après année, sous une grille d’égout, la faune exubérante campée sur les personnes d’immeubles populaires, les jeux turbulents des gamins des rues, telles des sentinelles imaginaires… Tous ces éléments de décor deviennent à leur tour personnages. Dans ce premier tome, Will Eisner pose sur la ville qui l’a vu naître un regard sensible et malicieux. Enseignant à l’école des Arts Visuels de New York lorsqu’il réalise cette trilogie, Eisner nous permet de profiter d’une belle leçon d’observation et de saisir au passage ce que la  » Grosse pomme  » recèle de plus attachant.

  • Smoke ( Réalisation Wayne Wang, Scénario Paul Auster)

Les destins d’un écrivain désespéré, d’un adolescent noir fabulateur et de l’ex-femme d’Auggie, photographe amateur et patron du café de Brooklyn où ils se croisent, vont se mêler, s’entremêler et basculer.

  • Brooklyn Boogie ( Réalisation Wayne Wang, Scénario Paul Auster)

Les auteurs de « Smoke » se sont tellement plus sur le tournage de ce film qu’ils ont aussitot enchaine avec celui-ci, mis en boite en trois jours et ou chaque participant devait improviser durant dix minutes. C’est donc la chronique d’un quartier de New York par ses habitues.

  • A Tombeau Ouvert  ( Réalisation Martin Scorsese)

Frank sillonne tous les soirs au volant de son ambulance l’un des quartiers les plus chauds de New York. Il opère dans l’urgence, hanté par toutes les vies qu’il n’a pas pu sauver.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s